25/03/2010

La danse de l'Albatros...sur le rivage du théâtre du Parc...

Hier, que se passait-il donc à Bruxelles pour qu'à vingt heure on se soit cru en pleine heure de pointe ? Toujours est-il que c'est au pas de course et en remerciant le Cercle Gaulois de mettre à la disposition (payante) son parking situé juste derrière le théâtre que nous avons assisté au lever de rideau. Un magnifique décor de frondaison avec la façade d'une gentilhommière à la française comme on peut en voir dans les parcs des châteaux. Les trois personnages sont en scène. 

http://www.theatreduparc.be/spectacle/spectacle_2009_2010... 

038

Jean-Claude Frison  (Thierry) 55 ans, manifestement sur les nerfs, agacé par les réflexions de sa soeur 107  Nicole Colchat  (Françoise) qui sous un air d'indifférence annonce haut et fort son intention de divorcer au grand étonnement de Pascal Racan  (Gilles) 081  le vieil ami de la famille... On parle de tout, de rien, mais surtout relations humaines et plus particulièrement des relations homme/femme... Ainsi Thierry qui vit avec une jeunesse de 22 ans (Lisa Debauche  (Judith) dans l'illusion qu'il se donne du bonheur, ou du moins qu'il tente de donner vis-à-vis des deux autres. Sa soeur qui clame à qui veut l'entendre que son mari est un salaud à l'encontre de la mention très sympa obtenue de Thierry et de Gilles. Et Gilles qui, avec un esprit à la lenteur opportuniste, affiche très officiellement une sexualité platonicienne avec la secrétaire du service comptable de sa boite mais qui lui sauterait bien dessus à la première occasion... Nous avons donc droit à une série de répliques qui partent dans tous les sens comme pour faire un tour assez complet de la nature humaine, de l'idée du couple, du célibat, du divorce, de la sexualité, de l'âge... Des coups de bec et des plumes qui volent, nos oiseaux ont bien du mal à trouver leur nid !  Le texte de Gérald Sibleyras (http://www.spectacles.fr/artiste/gerald-sibleyrasgerald-sibleyras,328287

appelle un chat un chat, il ne s'encombre pas de métaphore ou de circonvolution oratoire inutile, il suit la logique du langage de ses personnages et ceux-ci sont manifestement à l'aise avec leur texte malgré une matière souvent riche et pas toujours évidente... Personne n'a dit que le métier de comédien était facile... 

Conclusion de votre serviteur: une bonne pièce, très bien jouée par de "vieux" briscards des planches du théâtre bruxellois. 

Mise en scène: Toni Cecchinato.

Assistante: Micheline Tziamalis.

Décors et costumes: Thierry Bosquet. dont nous avons parlé dans un article précédent...

17:10 Écrit par TDA dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.